Les cinq principes de la pensée DEDICI

Les cinq principes de la pensée DEDICI pour un accompagnement radicalement différent de toute personne vulnérable sont les suivants :

  • Le plus faible doit avoir le même pouvoir que le plus fort (humanité, égalité) et la capacité aidée de s’autodéterminer (liberté, subsidiarité).
  • Le plus faible doit être entouré, à chaque instant de sa vie et à vie, de protecteurs et de défenseurs ultimes (survie grégaire, fraternité sans concession) qui lui accordent temps et attention.
  • Le plus faible doit bénéficier de l’action de personnes à son service pour s’occuper de sa situation afin qu’il puisse accéder, à vie, à tous les registres de la solidarité (accessibilité dans la complexité).
  • Tous ceux qui interviennent pour le plus faible doivent accepter que celui-ci soit en position d’ascendance envers eux dans l’exigence de la solidarité (service évalué par le bénéficiaire).
  • Les institutions doivent défendre et soutenir ces principes, en surveiller la réalité et sans cesse expérimenter (lois, notamment celle de 2005 )

Ces cinq principes ne se discutent pas. Seule leur mise en œuvre reste d’une totale liberté au sein un “méta-processus d’accompagnement” qui se décrit par cinq rôles :

  • Le rôle de la personne vulnérable, et son intégrité en tant qu’individu libre.
  • Le rôle de sa défense ultime, une forteresse humaine tenue par des acteurs de cœur qui se relaient, dans laquelle la personne est en sécurité, défendue et protégée pour être entendue, écouté et comprise dans son intimité, et finalement défendue dans son autodétermination assistée.
  • Le rôle de ceux qui s’occupent de sa situation, des professionnels qui se relaient pour faire face à la complexité de la solidarité, qui proposent et négocient des expérimentations, et qui enfin pilotent les intervenants
  • Le rôle des intervenants, de tous ordres, professionnels et bénévoles de toutes provenances au service de la personne
  • Le rôle des lois et des institutions, garantes d’une société solidaire.

Invariants et sanctuarisés, ces cinq principes et leurs rôles constituent un « chant organisationnel dynamique » qui change et se réinterprète dans chaque situation et lors de ses évolutions. Ce chant, aux variations infinies, s’enrichit par l’intelligence collective des acteurs qui le chantent, ceux-ci comprenant bien les rôles qu’ils tiennent et respectent.

Dans chaque situation, ce chant requestionne sans cesse l’existence, la complétude et l’intensité de ces cinq principes, spécifiquement adaptés, et le comment les rôles qu’ils créent sont tenus.

Le seul est unique indicateur « boussole » de l’utilité des cinq principes qui sous-tendent le méta- processus et ses 5 rôles est le « sourire » pour tous, réinventé.

DEDICI en 2020

Constituée en laboratoire de recherche appliquée depuis juin 2017 pour publier des travaux établis sur plus de 30 ans, l’association DEDICI est une initiative parentale du monde du handicap qui propose une organisation disruptive et radicalement différente de la solidarité. Son but est de garantir un avenir plus désirable à tout Être parmi les plus faibles et les plus vulnérables de la Société.

Sa proposition contribue notamment à répondre de façon apaisée et plein d’espoir à la question anxieuse que chaque parent se pose pour son enfant handicapé: « que va-t-il devenir quand je ne serai plus là ? »

Soutenue par la Fondation de France, DEDICI est actuellement animée par une poignée de complices d’avant-garde. Mois après mois, elle se voit rejointe par des partenaires de plus en plus nombreux et significatifs. Aujourd’hui elle est en mesure d’accompagner des expérimentations organisationnelles de territoire et de publier sa proposition.

En position de clé de voûte de la problématique d’accompagnement solidaire des personnes vulnérable, DEDICI et ses avancées historiques raisonnent en harmonie entendable et confirmée avec quasiment tout ce qui est proposé par ailleurs sur ce sujet en France.

Pour garantir à tout Être vulnérable un avenir plus désirable, quelles que soient ses capacités, DEDICI propose qu’il soit entouré par deux « anges gardiens » choisis et acceptés  par son autodétermination assistée:

  • Un premier «ange gardien» défenseur inconditionnel, dit «défenseur ultime», rôle tenu en relais par plusieurs acteurs de ventre, de cœur et d’esprit qui garantissent aide et protection à l’Être vulnérable à chaque instant, jusqu’au bout, jusqu’à la fin de sa vie. Cette défense radicale et régie par une éthique propre qui permet l’auto-détermination de l’être vulnérable autrement capable ainsi de gouverner et piloter sa vie.
  • Un second «ange gardien» dit «celui qui s’occupe de la situation», rôle tenu en relais par plusieurs acteurs habiles dotés de pouvoirs de négociation et de régulation qui vont assister l’Être vulnérable et sa défense ultime afin de mettre en place toutes sortes d’interventions de la part de divers acteurs, qu’ils soient institutionnels, professionnels ou bénévoles et ceci tout les jours, partout où se trouve l’Être vulnérable.

Cette conception simplificatrice sous-tend l’obligation de construire quelque chose de bien plus pertinent et de bien plus performant que les actuels concepts de parents, d’amis bienveillants, de tuteurs, de curateurs, de personnes de confiance, de conseils de familles, de juges, de défenseurs des droits, d’éthique et de déontologie, voire de professionnels de cœur temporaires, pour garantir à l’Être vulnérable, à chaque instant et à vie une protection et plus encore une défense ultime.

Elle introduit par ailleurs des notions bien plus fortes que les concepts actuels d’assistants sociaux, de référents, de gestionnaires de cas où de coordinateurs de parcours partiels et occasionnels qui ne disposent que de trop peu de pouvoirs et de moyens pour faire face aux obstacles d’une coopération efficiente.

Elle requestionne fondamentalement l’obligation d’inverser les pouvoirs actuels, les intervenants de tous ordres, quelles que soient leurs positions et prérogatives, devant comprendre et admettre qu’ils interviennent au sein d’un processus gouverné et piloté par l’Être vulnérable, sous mandat assisté de ses deux « anges gardiens ».

La proposition de DEDICI est donc une invitation à l’espoir pour les plus faibles et à l’interrogation pour le plus forts.

Elle donnera l’envie d’aborder les deux questions fondamentales que se posent les familles et amis bienveillants impliqués dans le handicap à savoir :

  • «Comment protéger et défendre l’Être vulnérable tout le temps et inconditionnellement, jusqu’au bout de sa vie, même et surtout quand nous ne seront plus ?».
  • «Comment lui et nous, pourrions-nous être soulagés, immédiatement, tout le temps de toutes les tracasseries de sa situation ?»… vous savez celles qui laissent en l’état l’Être vulnérable et son entourage face à la complexité du système de solidarité et ses conséquences à savoir: les absences de réponses ou les réponses insuffisantes, les difficultés et les intrications administratives, les complexités et mystères de l’offre, les négociations sous contraintes, les discussions en position de dépendance non consentante avec les établissements et professionnels de tous ordres, et enfin le pilotage, la régulation et la coercition nécessaires s’il le faut.

La proposition de DEDICI intéressera donc toute personne diminuée et son entourage pour envisager un avenir autrement plus désirable.

Cette proposition, orientée sur les principes d’une nouvelle organisation définie par et pour l’Être vulnérable, interpellera les plus forts pour qu’ils acceptent de redonner aux plus faibles et à ceux qui les entourent les pouvoirs qu’ils n’ont jamais eu encore.

-&-

Différentes idées et projets de groupes en lien avec les attentes des parents

  • La place des parents auprès des établissements quand les enfants sont devenus majeurs. Certains parents se heurtent à une difficulté récurrente de relation avec les professionnels ; à force de valoriser l’autonomie du jeune majeur, les parents n’auraient plus leur mot à dire.
    Construire une coopération renouvelée.
    Projet à partir d’un groupe de parents en Centre Alsace

  • Comment assurer la défense et l’accompagnement de personnes fragiles psychiquement. Un groupe possible avec l’appui de l’UNAFAM dans le Haut Rhin.

    La vie de jeunes adultes en foyer : des familles de jeunes adultes aimeraient humaniser des temps de vie en foyer où ces jeunes laissés à eux-mêmes dans certaines plages horaires pourraient vivre des expériences plus constructives. Comment des bénévoles peuvent trouver leur place à côté des professionnels pour améliorer la vie des bénéficiaires
    Sur l’agglomération de Mulhouse

  • Après les parents : certains parents d’enfants devenus adultes veulent anticiper l’appui à leur fils/fille lorsqu’ils ne seront plus en mesure d’assurer ce soutien. Vous pouvez vous manifester si vous désirez rejoindre ce groupe en cours de construction

  • Comment nous grandissons avec des hauts et des bas en soutenant des personnes fragiles ; au bout de quelques années, beaucoup de parents mettent en avant ce que cette expérience de vie leur a apporté alors même qu’à certaines étapes, certains auraient beaucoup donné pour s’en éviter l’expérience. Avec l’appui d’une narratrice, identifier ce qui a été difficile, ce qui a aidé et en tirer des leçons pour soi, pour son couple ou sa famille, pour d’autres. Vous pouvez là-aussi vous manifester si vous désirez rejoindre ce groupe en cours de construction.

  • Fragilité psychique et fragilité sociale : nous souhaitons monter une expérience avec une association qui œuvre auprès de personnes qui vivent à la fois avec leur fragilité psychique et pas mal de difficultés sociales dans certains quartiers de Strasbourg

  • En psychiatrie ; ce n’est pas toujours facile de trouver sa place lorsque la personne vulnérable est prise en charge par des psychiatres en hôpital. Et pourtant, comment tenir le rôle de la Défense Ultime de la personne qui a là-aussi tout son sens. Nous nous organisons pour mettre cette question au travail avec des parents d’un établissement hospitalier du haut Rhin.

  • Ehpad : l’accompagnement par l’entourage est ici aussi d’une autre nature. Une expérience partant des familles y serait intéressante ; nous sommes ouverts à des propositions.

Ceux qui sont intéressés peuvent contacter directement Michel Leclerc au 06 67 32 74 04 ou mleclerc@newel.net

>>> Retour à l’actu…

La théorie de DEDICI pour le handicap.

Une théorie radicalement nouvelle, applicable et opposable à chaque situation va peut-être changer la vie des personnes handicapées, parmi les plus vulnérables.

C’est ce qu’avance DEDICI qui propose que, pour qu’une personne handicapée parmi les plus fragiles puisse vivre comme les autres, deux principes incontournables doivent être respectés.

  • Que sa protection et sa défense ultimes soient assurées à chaque instant et jusqu’au bout.
  • Qu’on s’occupe de sa situation tout le temps, à vie.

Dans tous les cas où on observe des situations indignes, des difficultés, des douleurs, des drames, il y a défaillance de l’un et/ou de l’autre de ces deux principes.

Dans tous les cas, si l’un ou l’autre de ces deux principes manque, la personne encoure un risque de survenance de toutes sortes de désagréments et de dangers.

A l’inverse si ces deux principes sont respectés, la qualité de vie de la personne est mieux préservée.

Et par extension, la théorie de DEDICI s’appliquera aux plus faibles, aux plus vulnérables face aux plus forts.

En réalité, une théorie est jugée bonne dès lors qu’elle répond à toutes les observations du moment et qu’elle est prédictive. Cela semble être le cas de la proposition DEDICI.

Reste à savoir comment la Société et ses acteurs doivent s’organiser pour que les deux principes soient respectés.

Une organisation se décrit par des rôles. Les deux principes de DEDICI sont donc des rôles que les acteurs de la Solidarité doivent collectivement comprendre et jouer.

Une organisation vivante se déroule toujours selon un processus adaptable à toutes les situations (attention à ne pas confondre avec une procédure ou un process industriel applicable « a la lettre »).

Quel est donc ce processus et par qu’elle logique est-il piloté ? Comment au travers de ce dispositif, la personne la plus fragile peut-elle librement gouverner et piloter sa vie, comment peut-elle s’autodéterminer, même dans les situations les plus extrêmes de dépendance ?

DEDICI vous propose d’en débattre collectivement pour définir et partager ensemble deux rôles qu’elle nomme :

  • La défense ultime
  • Celui qui s’occupe de la situation

Qui sont alors les acteurs multiples qui jouent ces rôles, comment comprennent-ils se qu’ils font, dans quelles conditions le font-il et comment devraient-ils se coordonner ?

Tel est l’enjeu d’une Société qui se déclare à chaque instant solidaire et bienveillante sans jamais avoir défini encore la façon dont elle devait procéder pour garantir sa déclaration.

Jean-Luc LEMOINE

J’attends simplement de vous

Aux associations parentales et autres bonnes œuvres du même type, voici les doléances d’un papa pour son fils, adulte handicapé.

Depuis 35 ans, j’attends simplement de vous :

  • Une promesse pour mon enfant que tout se passera bien pour lui, tout le temps, à vie, surtout quand je ne serai plus là.
  • Une coopération avec tous les gens de cœur et d’esprit, existants et à naître, que vous favoriserez et qui le protégeront et le défendront de façon inconditionnelle, sans faille, sans conflits d’intérêts, qui l’aideront à gouverner et à piloter sa Vie.
  • Une coopération avec tous les professionnels libres qui s’occuperont de sa situation et qui, de concert avec ses défenseurs inconditionnels, maîtriseront les actions de tous les acteurs afin de garantir qu’ils agissent bien dans son intérêt et dans son autodétermination.
  • Une réponse globale aux questions que vous ne vous êtes jamais posées, qu’on ne vous a jamais posées, celles de ceux qui, comme l’Être vulnérable qui m’est cher, sans voix ou dépendants non consentants, ne peuvent s’exprimer.
  • Une explication factuelle du comment vous entendez faire tout cela.

Oui, depuis 35 ans, j’attends simplement cela de vous en vain. Faut-il perdre espoir ?

____

Bien au-delà de toutes vos discussions de possibles solutions d’infinies questions, posez-vous la bonne question, posons-nous la bonne question.

Attaquons nous à la cause des causes de tous les désagréments que les Sans-Voix endurent : l’absence d’une méta-organisation pensée par eux et pour eux.

Vous ne comprenez pas ?

J’ai, nous avons, des propositions concrètes pour y parvenir. Prêtez l’oreille.

Et dites vous peut-être : “Mais qu’est ce que dit donc celui-là ?”. Essayez de comprendre ce qu’il dit au fond, c’est à dire l’évidence, comme tant d’autres parents, sans pouvoir se faire comprendre.

L’auteur : un papa (autiste asperger) sidéré et fatigué par les actions de tous ordres entreprises par mile-et-une myriades de bien-pensants dans l’incapacité, encore aujourd’hui, de réfléchir au zénith, sur les principes d’une organisation radicalement nouvelle, gouvernable et pilotable par l’Être cher vulnérable…

Et oui, c’est possible. Parlons-en. Découvrez ce que propose DEDICI, C’est profondément et totalement différent. C’est radicalement autrement.

Contact :https://www.dedici.org/nous-contacter

Serment de la Défense Ultime.

La Défense Ultime d’une Personne Vulnérable est le rôle premier que l’Humanité doit inventer pour garantir aux plus faibles les mêmes droits et pouvoirs que les autres. Voici le serment que tout(e) prétendant(e) à ce rôle devrait prêter.

Moi, Humain, dès le moment ou j’accepte d’être l’un(e) des acteurs (trices) de ce rôle, je promets et je jure d’être fidèle aux lois de l’Humanité. Je promets et je jure de l’être avec tout mon ventre, mon cœur et mon esprit, sans recherche d’intérêts particuliers.

J’ai dès lors conscience que je suis un(e) parmi d’autres, dans ce rôle premier et que je participe à une intelligence organisée au profit de la Personne Vulnérable. Je m’engage à faire vivre cette intelligence collective, à l’enrichir et à la respecter selon une Éthique et une « décence commune » négociées pour chaque situation.

Je reste libre d’accepter ces exigences, et dans le cas contraire où je ne souhaiterais plus l’être, je m’engage sans délais à déclarer sortir de mon rôle.

Dans ce rôle, mon premier souci sera de protéger et de défendre la Personne Vulnérable, tout le temps, jusqu’au bout de mes possibilités, parfois seul(e), mais le plus souvent de façon organisée avec les autres acteurs de ce rôle premier.

Seul(e) ou de façon organisée, j’interviendrai pour faire émerger, entendre et interpréter, avec d’autres intelligences, la vraie parole de la Personne Vulnérable. Je favoriserai son autodétermination, respecterai son autonomie et sa volonté dans les limites des permissivités, des nécessités, ou des utilités de sa situation.

J’informerai le Personne Vulnérable, ou lui ferai comprendre ou sentir, seul(e) ou de façon organisée, des décisions collectives envisagées, leurs raisons et leurs conséquences. Je participerai aux arbitrages collectifs.

Je ne trahirai jamais la confiance de la Personne Vulnérable et n’exploiterai pas le pouvoir hérité des circonstances pour tromper les consciences.

Je ne me laisserai pas influencer par un quelconque intérêt, ou la recherche d’un quelconque avantage de quelque nature qu’il soit.

Admis(e) dans l’intimité de de la Personne Vulnérable, je tairai à vie les secrets confiés qui seront partagés au sein de cercles de confidences dédiés.

Accepté(e) au cœur des intimités, je respecterai leurs secrets sans rechercher à corrompre leurs particularités.

A l’égard de la Personne Vulnérable, je ferai tout pour lutter contre toute malveillance et toute violence de toutes provenances, pour soulager ses souffrances, dans le but de l’apaiser et la faire sourire.

Je préserverai l’indépendance nécessaire à l’accomplissement de mon rôle. En toute lucidité et responsabilité, je n’entreprendrai rien qui dépasse ma conscience et mon entendement.

Que les Hommes m’accordent leur estime si je suis fidèle à mes promesses. Que je sois déshonoré(e), méprisé(e) et puni(e) si je dois y manquer.

Je veux vivre comme les autres

Voici sans doute quelques lignes que bien des personnes vulnérables ne savent ou ne peuvent pas dire ou qui pourraient être dites avec des degrés variables selon les situations. Lisons-les en une minute. C’est facile à comprendre.

“Je veux vivre comme les autres. Je n’ai pas les mêmes moyens que les autres pour me défendre et pour obtenir ce qu’il me faut.

J’ai besoin qu’on me défende et qu’on se débrouille pour moi tout le temps quand je ne peux pas le faire moi-même.

J’aime quelques personnes, et heureusement qu’elles sont là. Mais qui les remplacera quand elles ne seront plus là ?

Et quand on parle de moi, je ne veux pas que tout le monde sache des choses sur moi. Pourtant tous ceux qui font des choses pour moi doivent me comprendre et se comprendre entre-eux. Je veux qu’ils comprennent quand je suis content ou pas. Et quand cela ne va pas, je veux qu’on discute pour faire autrement.

De toute façon, c’est moi qui décide de faire, dans ce qu’il sera possible de faire”.

Vous avez compris. Alors comment leur permettre maintenant de vivre comme les autres. Quelle Organisation adaptable à toutes les situations les acteurs de la solidarité doivent-ils mettre en place ? Y avez-vous pensé ? 

Personnes Vulnérables: un Espoir

Les Personnes Vulnérables vivent des difficultés du fait d’une Solidarité mal organisée. Nous proposons qu’ils l’organisent eux-mêmes, et ça va tout changer. Ils peuvent le faire, aidés, si les règles du jeu sont renégociées.

Pour orchestrer les acteurs de la Solidarité, nous proposons un retournement de pouvoirs qui aboutit à une organisation radicalement différente, bien plus simple pour la Personne et son entourage, et qui relie l’existant pour mieux le maîtriser.

Imaginée par et pour le Citoyen le plus faible cette organisation permettra de dépasser les manques ou excès actuels, freins à l’autodétermination et à une coopération pilotée.

L’innovation est conforme aux lois et les fait appliquer.

Avec la bienveillance des institutions, nous recherchons des partenaires, des situations, des familles et des professionnels ouverts pour la lancer.

Le pitch du projet DEDICI

En France et en Europe, les grands travaux d’amélioration du sort des Personnes Vulnérables n’aboutissent pas encore à une organisation humainement et économiquement efficiente, testée et acceptée par tous, et s’adaptant à toutes les situations. Un espoir pourtant.

Le projet DEDICI, né du regard de personnes impliquées, propose, pour y parvenir, une organisation de retournement, radicalement centrée sur la Personne Vulnérable et son entourage. Cette organisation change, relie et simplifie tout.

Soutenu par la FONDATION de FRANCE ce projet se fait peu à peu connaître et reconnaître. Sa dimension théorique, portée depuis plus de 30 ans, s’est vue éclairée de pertinence plausible par différents rapports, notamment, en juin 2014, par celui de Denis PIVETEAU, sur un fond équivalent mais encore incomplet.

Le projet DEDICI apporte la dimension organisationnelle manquante.

Cette organisation principielle, transverse et universelle, a une portée nationale et internationale pour tout type de vulnérabilité qui bénéfice d’une solidarité humaniste.

Www.dedici.org

L’Alchimie DEDICI

Vulnérabilité, Handicap

L’Alchimie DEDICI
Maîtriser la peur, oser dire.
Permettre l’autodétermination des plus Faibles.
Entendre tout ce qui se dit, percevoir tout ce qui se fait.
Vivre et comprendre les expériences.
Écouter l’autre, le faible sans-voix, celui qui “parle” autrement.
Entrer en empathie.
Percevoir tous les liens qui convergent à l’unité de sa situation.
Assimiler, découvrir le Système de solidarité et ses défaillances.
Le recomposer à l’idéal pour en orienter les corrections accessibles.
Recevoir la puissance d’affirmer et de convaincre sans prendre le pouvoir.
Annoncer la Lumière sans être la lumière.
Rassembler tout ce qui est divisé pour en faire harmonie.
Faire émerger une intelligence collective.
DEDICI vous invite à une alchimie pour que les faibles aient enfin autant le sourire que les forts.

Top